• Français

Protéger ses articulations pour la vie

Par 18 octobre 2019 novembre 8th, 2019 Vivre mieux

Notre organisme compte quelque 400 articulations qui permettent le mouvement ! Une machine bien huilée, mais qui peut se gripper au fil des ans, lors d’un traumatisme ou d’une infection.  Les douleurs articulaires impactant le quotidien touchent ainsi 1 français sur 2 selon l’Inserm. Voici 5 conseils pour prévenir les troubles et préserver votre capital articulaire.

 

Des structures complexes et fragiles

Une articulation est une zone de jonction entre deux os. Nos articulations peuvent être comparées à des charnières, plus ou mobiles, qui permettent le mouvement. Elles sont composées de nombreux éléments :

  • le cartilage articulaire, sorte d’amortisseur ;
  • les ligaments et la capsule articulaire, structures élastiques qui stabilisent les os ;
  • la membrane synoviale (tapissant l’intérieur de la capsule articulaire) qui sécrète le liquide synovial  ;
  • les tendons et muscles, venant s’insérer tout autour de la zone articulaire.

La bonne santé des structures articulaires est indispensable à la mobilité du corps au quotidien. Mais pour capitale que soit l’importance des articulations, elle ne doit pas faire oublier leur finesse et leur fragilité.

Des troubles possibles à tout âge

Ces mécaniques s’usent avec l’âge évidemment, mais pas seulement. Les troubles articulaires peuvent survenir dés l’adolescence et concernent tous les profils, du sportif au sédentaire. Ils touchent aussi toutes les articulations – colonne vertébrale, hanche, genou, cheville,  épaule… – et ont des origines diverses :

Après un traumatisme, les douleurs d’une articulation sont le plus souvent dues à une entorse ou à une rupture ligamentaire, mais elles peuvent aussi être dues à une « fracture articulaire ». Dans certains cas, il s’agit d’une simple contusion du cartilage liée à un choc direct. L’avis rapide d’un médecin est indispensable, de même que l’intérêt d’une exploration radiologique.

L’arthrose est un trouble articulaire qui se caractérise par une usure, le plus souvent très lente, du cartilage avec une diminution de son épaisseur. Dans l’arthrose, le cartilage a plus de mal à amortir les pressions subies par l’articulation lors des mouvements. L’arthrose est la maladie articulaire la plus fréquente, elle touche 8 à 15 % de la population française. Sa fréquence augmente avec l’âge, bien qu’elle ne touche pas exclusivement les personnes âgées.

L’arthrite désigne l’inflammation aiguë ou chronique d’une ou de plusieurs articulations. Plus d’une centaine d’affections sont regroupées sous le nom d’arthrite, certaines légères, d’autres beaucoup plus handicapantes. L’arthrite peut avoir une cause infectieuse (arthrite septique), immunitaire (polyarthrite rhumatoïde) ou même métabolique (goutte). Il existe aussi des atteintes articulaires associées à des affections chroniques du tube digestif ( maladie de Crohn).

© Inserm/Alexandra Pinci

Et le rhumatisme ?

Le rhumatisme est un terme générique qui désigne toutes les atteintes articulaires. Il peut s’agir d’arthrose, d’arthrite ou encore d’ostéoporose ou des maladies auto-immunes comme la polyarthrite rhumatoïde. Ces troubles articulaires font partie des premières causes d’incapacité et de handicap.

 

Comment prévenir et soulager ?

Nos articulations sont donc des structures fragiles qui peuvent se dégrader, provoquant douleurs et réduction de la mobilité.  Il est donc impératif de consulter sans tarder pour connaître la cause des douleurs et mettre en place un traitement adapté. Fréquents, les troubles articulaires ne sont pourtant pas une fatalité ! On peut en limiter l’apparition et les effets par des habitudes de vie et nutritionnelles à suivre au quotidien.

Le rôle clé de l’alimentation

Pour protéger les articulations, il importe en premier lieu de limiter les aliments pro-inflammatoires : charcuteries, graisses animales, sucres raffinés, sodas. Les aliments frits, grillés, rôtis, sont également à éviter. Les hautes températures de cuisson favorisent un phénomène appelé la glycation des protéines qui s’accompagne de la formation de substances toxiques (comme l’acrylamide) ! Mieux vaut recourir à des cuissons vapeur ou à basse température.

Avec l’inflammation chronique, l’acidité est l’autre grand ennemi des articulations. Elle provoque de l’oxydation dans l’organisme, phénomène qui fait « rouiller » nos organes. Tous les aliments que nous consommons au quotidien sont acides, sauf les fruits et légumes. L’idéal pour parvenir à un bon équilibre acido-basique: 70% de fruits et légumes, 30% d’autres aliments.

Favorisez vos apports en oméga-3 avec l’utilisation des huiles d’olive et de colza, de graines de lin et d’oléagineux (noix, noisettes, amandes). Les poissons gras – saumon, maquereau, sardine, anchois, hareng, truite… –  sont également riches en oméga-3. Il faudrait, dans l’idéal, en consommer plusieurs fois par semaine.

Enfin, n’oubliez pas de vous hydrater tout au long de la journée car les cartilages des articulations sont composés à 75% d’eau. L’hydratation est donc primordiale, afin qu’elles gardent leur souplesse.

Bouger régulièrement

La mobilisation des articulations les empêche de s’ankyloser. Les étirements, associés à des exercices de renforcement, entretiennent les muscles alentours et diminuent les contractures. Il est donc conseillé de pratiquer une activité physique modérée mais régulière. « Les articulations doivent être stables et pour cela il faut de bons muscles pour les soutenir« , précise le Pr François Rannou, rhumatologue et rééducateur à l’hôpital Cochin (Paris). Vélo, natation, marche, taï-chi…. vous avez le choix ! Les sports qui imposent des changements d’appui brutaux et des réceptions violentes sont toutefois à éviter.

Selon Santé Magazine, le yoga apporte de réels bienfaits, tant physiques que psychiques, aux personnes qui souffrent de rhumatismes. C’est en tout cas ce qui ressort d’une étude menée par l’université de Baltimore (Etats-Unis) auprès de 75 personnes atteintes d’arthrite. Nous vous conseillons le yoga iyengar basé sur le renforcement musculaire, l’assouplissement des articulations et l’alignement du corps.

Surveiller son poids

Les kilos en trop exercent une charge supplémentaire sur les articulations, ce qui augmente le risque d’abîmer les cartilages. Perdre 500 g équivaut à soulager les articulations de 2 kg à chaque pas ! C’est surtout le cas pour les articulations du genou. De plus, un excès de graisses corporelles donne naissance à des substances inflammatoires qui peuvent aggraver les douleurs articulaires.

Soulager naturellement

En appoint ou au cœur du traitement des troubles articulaires,  les plantes peuvent rendre de grands services. C’est notamment le cas de l’harpagophytum (ou « griffe du diable »), dont l’intérêt dans le traitement des manifestations articulaires douloureuses n’est plus à démontrer. « Certains de ses composés, comme l’harpagoside, ont une action comparable à celle des anti-inflammatoires non-stéroïdiens, affirme le Dr Jean-Michel Morel, phytothérapeute.

Efficace en cas darthrose et d’arthrite (genou, hanche, colonne vertébrale), l’harpagophytum fait aujourd’hui partie des plantes les plus demandées en phytothérapie. L’Agence européenne du médicament (EMA) a admis l’efficacité de l’harpagophytum pour soulager les douleurs articulaires en 2008.

Pensez aussi au saule blanc, dont les dérivés salycylés ont les mêmes propriétés que l’aspirine, les effets indésirables au niveau digestif en moins. Le saule est conseillé pour soulager les douleurs articulaires provoquées par les rhumatismes et l’arthrose. L’Agence européenne du médicament (EMA) la reconnaît comme traitement de courte durée des douleurs lombaires.

Enfin la reine des prés constitue, en association avec le cassis, un traitement de fond pour soulager les atteintes rhumatismales chroniques. Les feuilles du cassis contiennent des polyphénols, antioxydants qui agissent sur les phénomènes associés à l’inflammation chronique. Ces deux plantes composent, au côté du lamier blanc (dépuratif), la tisane Articulations préparée par notre herboriste.

Froid ou chaleur selon le cas

La glace est un antalgique naturel qui diminue la douleur et les gonflements. L’utilisation d’une poche à glace sera donc pertinente en fin de journée, lorsque les articulations ont été éprouvées par les activités.  Mais la chaleur peut aussi soulager les douleurs de l’arthrose. Dans ce cas, il vaut mieux appliquer une bouillotte au lever, pour réveiller l’articulation et la préparer aux activités.

Sylvie Lépinay

Rédaction : Sylvie Lépinay

chez Nature & Partage.

Laisser un commentaire