• Français

Les bases d’une alimentation saine

Par 3 janvier 2020mars 24th, 2020Vivre mieux

Auteure et mère de quatre enfants, Christine Charles-Ducros s’est interrogée après une grave maladie sur l’impact de l’alimentation sur la santé. Convaincue que notre alimentation agit directement sur notre santé, elle a suivi des cours de cuisine énergétique. Diplômée en médecine chinoise et experte en diététique chinoise appliquée à l’occident, elle nous présente les ingrédients et les bases d’une alimentation saine.

Interview

Pourquoi l’alimentation est-elle si importante, Christine ?

L’alimentation joue un rôle capital. La nourriture assure en effet une fonction vitale : elle apporte les éléments nutritionnels indispensables à une bonne santé. Avec une alimentation saine, les organes fonctionnent de façon optimale et se régénèrent. C’est la base de la prévention ! Nous sommes donc les principaux acteurs de notre santé en choisissant ce que nous souhaitons mettre dans notre assiette.

Vous êtes depuis longtemps spécialisée dans la cuisine bioénergétique principalement végétarienne. Qu’est ce qui vous a poussée dans cette voie ?

C’est un cancer qui m’a obligée à cette prise de conscience. Je dois à cette maladie d’avoir réalisé que si l’on pouvait devenir malade en mangeant mal, on pouvait, à l’inverse, aller mieux grâce à une alimentation équilibrée. Cependant je conseille de ne pas attendre d’être malade pour réagir. Je me rappelle combien cela a été long pour changer mes habitudes alimentaires alors qu’il existe de nombreuses solutions naturelles pour remettre de la vitalité dans nos plats ! C’est pour cette raison que j’ai commencé à écrire mes livrets de cuisine.

Quels premiers conseils donneriez-vous à quelqu’un qui souhaite manger plus sainement ?

Remettre en question ses habitudes alimentaires consiste à tracer un autre chemin qui vient croiser parfois des goûts, des textures « d’avant » avec d’autres ingrédients plus respectueux de la santé. Les bases d’une alimentation saine sont moins compliquées qu’on ne le pense. Tout d’abord, il faut que l’alimentation soit vivante et riche en principes actifs. J’ai pour habitude de dire qu’il vaut mieux consommer une carotte tout juste ramassée qu’une carotte bio qui a traîné plusieurs jours en supermarché ! La carotte juste cueillie, même si elle n’est pas bio, apportera plus de vitalité. De manière générale, l’alimentation doit reposer sur des produits frais et de qualité.

Ensuite, je conseille d’éviter certains aliments comme le sucre de canne, les produits raffinés et les produits laitiers. Je me méfie du gluten et j’utilise modérément les œufs. Enfin, il me semble indispensable de consommer moins de viande et de bannir les plats préparés.

Pouvez-vous nous présenter les bases d’une alimentation saine et les ingrédients ou aliments  « indispensables »  ?

On peut intervenir en rendant son alimentation plus vivante avec les herbes aromatiques crues, les graines germées, les aliments lacto-fermentés, les algues.

Herbes aromatiques fraîches : persil, ciboulette, basilic, menthe, origan, sarriette… Très peu caloriques, les herbes permettent de limiter le sel en parfumant et relevant les plats. Elles apportent en outre de la chlorophylle et de la vitamine K. Il est très simple de les cultiver  au jardin ou en pot sur votre terrasse ou le bord de votre fenêtre. Elles sont disponibles toute l’année, on coupe simplement ce dont on a besoin ! Très sensibles à la chaleur, les herbes fraîches doivent être consommées crues ou ajoutées en fin de cuisson.

Graines germées : la germination fait exploser la teneur en vitamines des graines. Les graines germées sont donc des aliments riches en principes nutritifs qui profiteront à tous et particulièrement aux organismes fatigués.

Privilégiez l’alfafa, le quinoa et le tournesol qui sont faciles à faire germer. Ces graines germées se consomment crues, ajoutées à un plat chaud (après cuisson) ou à vos salades, à raison d’une cuillerée par jour. (Voir nos graines à germer et, pour ceux qui débutent, notre Kit de démarrage graines germées)

Aliments lacto-fermentés la fermentation lactique, procédé de conservation, ne fait pas que préserver les aliments : elle les transforme également ! Sous l’action de micro-organismes contenus dans les aliments (levures ou  bactéries bienfaitrices comme les lactobacilles), les glucides vont ainsi être transformés en acide lactique.  Les micro-organismes responsables de la fermentation vont booster notre flore intestinale, en agissant comme des probiotiques. Ces micro-organismes vont également augmenter la digestibilité des aliments. Enfin, la fermentation va accroître sensiblement leur teneur en vitamines et minéraux. On peut produire soi-même ses légumes lacto-fermentés (voir recettes dans mon livret « Les Indispensables à la vitalité » ). On peut aussi se procurer des aliments lacto-fermentés comme le miso, l’amasaké, la levure de bière…

Choucroute et miso

. Prenez un chou, découpez-le et placez-le dans un bocal auquel vous ajoutez de l’eau et du sel… Laissez fermenter.  Vous obtiendrez de la choucroute !  À poids égal, un chou fermenté sera deux fois plus riche en vitamine C qu’un chou non fermenté. Après avoir fermenté, le chou contient beaucoup moins de souffre et les fibres sont ramollies. C’est pourquoi, malgré les idées reçues, la choucroute est finalement très digeste.

. Le miso est une pâte fermentée composée de soja, parfois d’une céréale (riz ou orge) et de sel marin.  Cet aliment riche en protéines est l’un des plus anciens de Chine. N’hésitez pas à rajouter 1 cuillère à café de pâte de miso non pasteurisé dans votre sauce vinaigrette ou votre soupe en fin de cuisson.

Algues : brunes, rouges ou vertes… Très peu caloriques, elles sont riches en vitamines et contiennent plus de minéraux que les végétaux terrestres. En raison de cette richesse en minéraux, on consomme les algues en petites quantités. Certaines algues se prêtent à de nombreuses préparations culinaires. Les paillettes d’algues vendues en magasins bio se saupoudrent sur les poissons ou les pâtes à tarte salées. D’autres, comme la chlorelle et la spiruline s’utilisent plutôt en complément alimentaire.

Les algues Nori et Kombu

. Grillées et coupées en petites lamelles, les algues Nori viennent agrémenter les soupes, les ramens, les nouilles, etc. en parfumant légèrement le plat. Émiettées, elles constituent un agréable condiment et viennent plutôt ajouter un peu de croustillant à vos salades ou à un bol de riz vinaigré. Elles peuvent aussi donner du goût à vos sushis préférés.

. L’algue Kombu se rajoute dans la soupe (un morceau de 3 cm) que vous ferez mijoter comme à l’habitude. En fin de cuisson, retirez l’algue Kombu, rincez-la et faites-la sécher à température ambiante. Elle pourra servir à nouveau pour une autre soupe.

D’autres conseils pour nos lecteurs ?

Je recommande également une cuisson plus douce des aliments, en variant les techniques. On peut imaginer 3 modes de cuisson différents – à la vapeur, sauté et au four -, dans une même journée. En effet, en médecine chinoise, chaque groupe d’organes a un mode de cuisson privilégié.

Il faut aussi prendre le temps de la mastication et manger en pleine conscience. En prenant son temps et en savourant chaque bouchée, on apprend à redécouvrir les saveurs tout en réduisant les proportions de nourriture absorbée. Car il importe de ne pas surcharger l’organisme,  « se nourrir » n’est pas synonyme de « se remplir ». Pour que l’estomac fasse son travail, il doit être rempli au 3/4 seulement. Les Chinois disent d’ailleurs avec raison : « Il faut sortir de table en ayant faim » !

Enfin, pensez à faire régulièrement des cures de psyllium qui soulage efficacement les désordres intestinaux. Ce régulateur du transit est aussi un hydrocolloïde qui peut être utilisé en cuisine, notamment dans les pâtes à pain et préparations sans gluten.

Retrouvez les bases d’une alimentation saine et les conseils de Christine Charles-Ducros dans ses livrets de recettes, dans l’ouvrage Le Psyllium en cuisine et également sur son site : https://www.tablesdumieuxetre.fr/

 

Sylvie Lépinay

Rédaction : Sylvie Lépinay

chez Nature & Partage.

Laisser un commentaire